La mémoire gravée LAGARDE D’APT

Pour accomplir ses multiples missions, la Résistance a besoin d'armes, de munitions et d'é­quipements. Sur les plateaux au nord et au sud d'Apt, notamment sur la commune de Lagarde d'Apt, plus d'une centaine de parachutages seront effectués. Là aussi atterriront huit avions, dont un Dakota.

A lui seul, un terrain, situé sur le haut de la colline Saint Pierre, portant le nom de code Armateur recevra quatre-vingt parachutages. Une balise de type Eurêka orientait vers cette "drop zone" les avions porteurs d'armes et de matériels de guerre. Outre les parachutages destinés spécifi­quement à ce terrain, ces avions larguaient également le matériel qu'ils n'avaient pu lâcher auparavant, au nord de ce secteur, ce qui leur permettait de rallier, ainsi allégés, la Corse ou l'Italie. C'est là que s'installera le chef du réseau Action R2, "Archiduc", contrôlant toutes les opé­rations aériennes pour le sud-est de la France.

En une seule nuit, cinq aéronefs largueront leur cargaison. Selon le récit des témoins, "le soleil était déjà haut dans le ciel quand le dernier parachute s'ouvrit". Une véritable pluie de toiles mul­ticolores avait fleuri le ciel vauclusien.

Les bois de cette zone ont par ailleurs abrité les maquisards qui, pour leur sécurité, se dépla­çaient de bivouac en bivouac. Les opérateurs radios, venus d'Alger par les airs ou débarqués par des vedettes sur le littoral varois, transmettaient leurs précieux renseignements sous la pro­tection des équipes affectées aux parachutages.

Début août 1944, un détachement de quinze militaires américains est parachuté près de Brouville. Il doit être convoyé jusqu'au tunnel du Mont Genèvre afin d'en assurer le contrôle et d'empêcher sa destruction par sabotage. Ces militaires refusent d'échanger leurs uniformes contre des vêtements civils, escortés par des motocyclistes, ils rejoindront sans problème leur des­tination.

De tous les départements du sud de la France, c'est le Vaucluse qui a reçu le plus grand nombre de parachutages, près de cent quatre-vingt au total, ainsi qu'une quarantaine d'agents.

  • Plaque sur la façade de la mairie

Les commentaires sont fermés.